Lettre à mon moi non-confiné

Lettre à mon moi non-confiné

Lettre à mon moi non-confiné

Chère Mathilde non-confinée,

J’espère que tu te portes bien (en ce moment chez moi c’est important de l’espérer très fort). Me voilà à mon jesaispluscombientième jour de confinement pour freiner voire stopper la pandémie qui nous touche depuis le début de l’année. J’ai décidé de t’écrire car j’avais du temps, et je me disais que quelques conseils pourraient t’être utiles si jamais tu venais à être confinée toi aussi.

Au début, j’ai eu très peur, mais pas du virus en lui-même, j’ai eu peur des gens. De leurs réactions, de leurs comportements et de leurs actions face à cette épidémie. Je ne voyais même plus faire les courses sans m’imaginer en pleine panique. Cela étant passé, je suis passée de la peur à la stupeur (rimes riches): stupéfaite de voir que les gens en question ne respectaient même pas les consignes sanitaires données par le gouvernement (c’est-à-dire RESTER CHEZ SOI), ce qui en soi, n’est pas super compliqué… Après avoir arrêté de me poser trop de question sur les réelles raisons qui poussaient les gens à sortir sans aucune justification potable et qui les poussaient à tout d’un coup passer du « sportif du dimanche » au « sportif de tous les jours » juste afin de mettre son nez dehors, je me suis recentrée sur les choses qui me concernaient moi. Alors voici mes conseils pour mieux vivre ton confinement (si un jour tu es amenée à être enfermée chez toi pour quelconque raison, ce que je ne te souhaite évidemment pas. Quoi que) :

  •   Prends le temps.

Prends le temps de faire toutes ces choses que tu repousses depuis bon nombre de semaines : ranger et trier ton placard, nettoyer ta terrasse, faire un grand ménage de printemps (ou autre saison)… Prends le temps de laisser ta créativité s’exprimer et de t’envoler vers d’autres univers : dessine, colorie, créé, écris, lis, joue, bricole, invente… Prends le temps d’appeler ces proches que tu ne vois pas assez souvent et prends de leurs nouvelles. Prends le temps de te faire plaisir : cuisine de bons petits plats, pâtisse, occupe-toi de tes cheveux, de ta peau, de ton corps… Toutes ces choses dont tu te languis tant quand tu n’es pas confinée et que tu ne prends pas assez le temps de faire.

  •         Prends conscience

Prends conscience que, oui ça fait chier d’être enfermée, mais après tout, nos grands-parents ont connu le même confinement, à peu de détails près… Mis à part qu’à leur époque c’était la guerre, que le risque de ne jamais revoir ses proches, de se faire bombarder, de se rationner pour ne pas mourir de faim… était grandement plus fort, dis-toi qu’au moins tu es chez toi, que tu peux manger à ta faim… Bref que la situation pourrait être bien pire. Et surtout pense à ceux dont la situation est pire.

  •          Partage

Ici, il y a un « mouvement populaire » où chaque soir à 20h, les habitants sortent (tout est relatif) à leur fenêtre ou balcon et applaudissent en l’honneur du personnel médical afin de les remercier. J’avoue ne pas faire partie des gens qui applaudissent, car je ne veux pas les applaudir qu’en cette période. A mon sens, ils méritent, au même titre que les policiers, les pompiers et toutes les personnes qui exercent une profession susceptible de nous sauver ou nous aider, d’être applaudis tous les jours de l’année. Pas seulement quand ils sont en première page dans la presse tous les matins et des médias télévisés tous les soirs. Je ne doute pas de la bienveillance de cette action, et ce choix de ne pas applaudir ne m’empêche pas de sortir sur mon balcon à 20h juste pour m’imprégner de cette énergie humaine et partager ce moment de solidarité.

        Aujourd’hui, je peux t’assurer que j’ai déjà gagné en patience et en conscience. Je sais que chaque jour nous rapproche un peu plus de la fin de cette période, et que celle-ci est certainement arrivée pour une bonne raison et qu’il y aura quelque chose à en retirer.

En attendant, profite de l’air frais, de la montagne, de la mer, du soleil, de la pluie et de la forêt… Ils sont des cadeaux inestimables dont on se rend compte de la vraie valeur qu’une fois confiné… Quel dommage.

A bientôt j’espère,

                                                                                                                   Mathilde confinée

2 thoughts on “Lettre à mon moi non-confiné

  1. C’est beau ❤️ Je crois qu’on est beaucoup à ressentir la même chose et tu as raison, notre situation est loin d’être terrible. Ce qu’on nous demande n’est pas si compliqué. Restons chez nous et profitons de ce temps pour réfléchir. Gros bisous ❤️

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *