Les habitants de la rue JeResteChezMoi

Les habitants de la rue JeResteChezMoi

Les habitants de la rue JeResteChezMoi

J’ai discuté un peu avec mon entourage personnel et celui d’Instagram quant au confinement que l’on a vécu et au déconfinement qui nous attend. En lisant et en écoutant un peu tous les ressentis, j’avais envie de partager les différents bilans de cette période sous une forme plus ludique, sans pour autant négliger les sentiments de chacun. Donc dans cette petite histoire, tu te retrouveras certainement dans un ou plusieurs personnages, certains te feront rire et d’autres te mettront peut-être la larme à l’oeil. Le but c’est de partager notre ressenti sans donner de nom, sans donner d’étiquette, juste en montrant que tout le monde n’a pas vécu la période de la même manière. Je te laisse faire la rencontre des personnages de la rue JeResteChezMoi, et surtout pense à me dire en commentaires quel(s) personnage(s) te ressemble(nt) le plus.

PS: continue de prendre soin de toi et de tes proches, la crise n’est pas terminée. Reprends ta vie normalement mais sans la gâcher par imprudence ou par excitation. Pense à toi et pense aux autres autour de toi.

Caroline, la prof dubitative

Caroline est professeure des écoles depuis 7ans. Elle croulait sous la pression et les heures de travail jusqu’à l’annonce du confinement. Pour elle, cette période était synonyme d’une seule chose: du temps. Du temps pour elle, du temps pour sa maison, du temps pour ses projets personnels, du temps pour tout ce qu’elle ne prenait pas le temps de faire avant… A la veille de reprendre le travail, Caroline si ses élèves sont vraiment conscients de ce qu’il se passe dans le monde, s’ils seront prévenants et prudents, si elle ne les met pas en danger en revenant à l’école. Elle s’inquiète pour elle, elle s’inquiète pour les autres. Mais elle sait qu’il est temps. Temps de reprendre le chemin du travail, le chemin de l’école, et temps d’apprendre à ces enfants à ne pas reproduire les comportements imprudents que beaucoup ont montré ces dernières semaines.

 

Lou, la positive attitude incarnée

Lou est accro à une chose: le sourire des autres (et le sien). Alors quand la période de confinement a été annoncée, elle a mis en place une routine via ses réseaux où le but était de redonner le sourire aux autres via des blagues, via la prise de conscience, via des vidéos drôles… Et même si elle-même a eu des coups de mou quelques jours, elle n’a jamais baissé les bras. Cette période l’a rendue plus forte, plus souriante, et lui a fait rencontrer de nouvelles personnes qui partagent aujourd’hui la même passion qu’elle: le sourire des autres. Le déconfinement ne changera pas beaucoup pour elle. Lou continuera de disperser un peu de joie partout autour d’elle et de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.

Tom, le cycliste passionné et dévoué

Tom est un solitaire. Son meilleur ami? Son vélo. C’est sur les routes qu’il est le plus heureux. Alors quand le président a annoncé le confinement total, il a perdu son moment de joie, d’évasion, de liberté. Il s’est retrouvé face à lui-même et s’est demandé ce qu’il allait devenir. Malgré une période longue et difficile, Tom a relevé la tête du guidon et s’est dit qu’il allait concentrer ses efforts sur son travail. Alors il y a passé des jours entiers et des nuits entières, pour rendre son travail meilleur et décrocher les meilleures opportunités, sans même savoir s’il avait encore un avenir au sein de son entreprise à cause de la crise. Il n’a qu’une hâte aujourd’hui, c’est de pouvoir remettre son casque et ressortir avec son meilleur ami à deux roues. Même dans des situations compliquées, donne toujours le meilleur de toi-même pour ne pas avoir de regrets et pour être fier de toi.

 

Marie, la vraie angoissée jamais prise au sérieux

Marie souffre d’anxiété. Mais personne ne la croit. Au début de la crise, elle ne dormait plus, et elle avait le ventre tout serré, ne mangeait que très peu. Seule son amie de longue date l’écoutait réellement.Elle a trouvé en son amie un vrai pilier, un soutien sans faille. Elle s’est rendue compte que la société sous-estimait réellement les problèmes d’anxiété de chacun en pensant qu’ils s’en servent comme “excuse”. Malgré ça, Marie s’est remise à la méditation, elle a refait les activités qui lui plaisent tant en restant chez elle, mais elle n’est pas encore prête à affronter le monde comme certains sont si pressés de le faire. Après le confinement, elle continuera de limiter ses déplacements, et elle ira chercher réconfort auprès de sa famille les soirs où elle se sentira trop seule. Ne juge pas trop vite les maux des autres, certains sont bien cachés et plus douloureux qu’on ne le pense.

Henri, le docteur héros

Je suis pas certaine d’avoir vraiment besoin de te présenter Henri. Il fait partie des personnes que l’on a applaudi tous les soirs à 20h. Il fait partie de ces personnes qui ont choisi de ne plus voir leur famille pour éviter tous les risques. Il fait partie de ceux qui se sont battu, et qui se battent toujours, contre les maladies et les blessures. Mais malgré ça, il est effaré de voir toutes ces personnes l’applaudir tous les soirs, et voir ces mêmes personnes sortir le lendemain comme si de rien n’était. Malgré tout, il n’a jamais baissé les bras, il a passé des dizaines de nuits blanches, et a vu des personnes s’éteindre progressivement. Et il continuera de le faire, même après cette crise, car il a choisi de sauver les autres, et parce qu’un enfant lui a dit hier “vous avez sauvé ma mamie, vous êtes mon héros”.

Alice, la voyageuse impulsive qui a redécouvert son appartement

Alice a dû être rapatriée par avion depuis l’Australie alors qu’elle était en roadtrip à la découverte de son 15ème pays d’affilé. Après des mois à voyager et à partager ses aventures sur les réseaux, elle s’est retrouvée seule avec son copain dans un appartement à Paris. Faute de pouvoir voyager à nouveau avant un moment, Alice a changé son environnement plusieurs fois: décoration, rangement, réaménagement de l’appartement. Elle a développé de nouvelles compétences: le dessin, la décoration d’intérieur… et elle pense même avoir trouvé en ces compétences, une réelle vocation en s’inspirant de tous ses voyages. Le déconfinement lui permettra d’acquérir de nouveaux outils pour développer encore plus ses nouvelles compétences, et apprendre davantage de nouvelles choses. Chaque situation est différente, à toi de décider ce que tu veux en faire.

Clément, le pilier de bar devenu fitboy

Clément est étudiant en dernière année de master. Avant la crise, c’était le dernier à arriver en cours et le premier à les quitter pour retrouver ses amis autour d’une bière. Depuis 2 mois, Clément est enfermé avec sa copine dans leur maison de campagne. Il a toujours des bières chez lui, mais pour une raison: sa récompense après sa séance de sport. Il a même converti sa copine, et à deux, ils forment un couple “fit” plus fort que jamais. Il a hâte de pouvoir ressortir pour reprendre une réelle activité physique, et pour pouvoir acheter de nouvelles altères (parce que les packs de bières ne sont plus assez lourds pour faire office de). Il est redevenu accro au sport, alors qu’il pensait ne jamais s’y remettre. Comme quoi, avec un peu de volonté tout est possible.

Jen, l'étudiante qui vit la nuit

Jen a dû rentrer chez ses parents au début du confinement, car son université a fermé. Jen a l’habitude de se coucher tard, de travailler la nuit et de se lever encore plus tard. Le retour chez ses parents n’a pas été de tout repos. Perdre d’un coup son indépendance et se réadapter au rythme de vie des parents, ce n’était pas chose facile, loin de là ! Après quelques prises de bec, elle s’est rendu compte qu’elle avait quand même de la chance de vivre sous un toit, que sa mère fasse les courses et prépare à manger. Au final, elle n’avait qu’à se concentrer sur ses cours, et elle n’avait plus besoin de gérer les “à côtés” de la vie d’adulte. Jen a passé ses examens la semaine dernière, et grâce à tout le temps qu’elle a pu consacrer à ses cours, elle est certaine de les avoir réussis brillamment.  Et si, avant de se plaindre des mauvais côtés d’une situation, on y voyait les bons côtés ?

Juliette, la lycéenne stressée par ses épreuves du bac

Juliette est en première. Depuis la fermeture de son lycée, elle s’est imposée un rythme de travail qui lui est adapté. En alternant sport et école, elle a trouvé son équilibre. Malgré son travail acharné,elle ne sait toujours pas aujourd’hui si ses épreuves seront maintenues. Elle a peur d’avoir travaillé dur pour rien. Heureusement, elle a des parents super bienveillants, qui lui ont appris la meilleure des leçons: toutes les situations sont différentes, même si ses épreuves sont annulées, ses connaissances et compétences acquises ne le seront pas, elles. Elle a travaillé pour elle, et non pas pour prouver à un membre d’un jury, ou à quiconque, qu’elle avait fait ce qu’il fallait pour arriver jusque là. C’est important de se rendre compte du travail accompli sans avoir à le prouver aux autres.

François, le combattant

François c’est le grand rescapé de cette période. Il s’est battu durant des semaines. Il a été coupé de sa famille, de ses amis, de sa maison. Et il a gagné son combat. Henri, son docteur et voisin de la rue JeResteChezMoi, a été son meilleur allié. Sans lui, il ne s’en serait pas sorti. François est conscient du combat qu’il a mené et il en est fier. Cependant, il n’est pas encore prêt à retrouver une vie normale. Il prie tous les soirs, que les gens n’aient pas à combattre le même ennemi que lui. Alors quand tout le monde sortira le 11 mai, lui rentrera enfin chez lui pour se remettre doucement mais sûrement de la plus grande bataille de sa vie. François a perdu des compagnons en cours de route, et il se demandera toujours “pourquoi moi j’ai survécu et pas les autres?”. Cette histoire il la racontera à ses petits enfants plus tard, pour leur apprendre à ne pas en faire qu’à leurs têtes, pour leur apprendre que lorsqu’on impose des règles, ce n’est pas pour les embêter, mais surtout pour les protéger.

Chaque habitant de la rue JeResteChezMoi a une histoire et chaque histoire a une morale. Cette période de confinement a été différente pour tout le monde, et j’espère avoir pu retranscrire un peu de chacun dans ces personnages. J’ai mis un point d’honneur à ne pas utiliser le mot en C, car les histoires et les morales de chacun ne sont pas valables qu’aujourd’hui pendant la crise, elles sont valables tous les jours. Chacun a vécu différemment certaines situations, le tout c’est d’en ressortir grandi et d’en retirer des leçons pour mieux faire la prochaine fois.

Prends soin de toi,

2 thoughts on “Les habitants de la rue JeResteChezMoi

  1. Je suis un peu de Lou, un peu de Caroline, un peu de la maman de Jen et de la tante de Juliette !!!! Sympa ta rue !!!! Ces histoires sont tout simplement belles et très bien écrites !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *